Entre deux valses

Festival des Architectures Vives 2022

Client : FAV, Lieu : Montpellier, Budget : 1500 euros HT, Phase : Réalisation

Sélectionnée pour participer au concours du Festival des Architectures Vives à Montpellier, l’équipe ambla répond au thème imposé : l’impermanence au travers de cette installation plastique inspirée des mobiles de Calder.

​

Au cœur de l’architecture et de l’évolution des sociétés, l’impermanence est un des mécanismes majeurs du réel. Dans un univers en constante évolution, reconnaître la positivité de l’impermanence est, selon nous, une source de sagesse, d’inspiration et de liberté. 

​

Le mobile, défini par son mouvement, est à nos yeux l’illustration même de l’impermanence. Il retranscrit la possibilité de retour à l’équilibre en passant par la mobilité ; un phénomène singulier qui fait écho à notre société. Le mobile ondule, hésite, on dirait qu’il se trompe et qu’il se reprend. Alors, le visiteur lève les yeux au ciel, se laisse hypnotiser par les mouvements incessants du mobile et est amené à contempler l’architecture classée de la cour Hortolès. Ces mouvements qui visent à plaire et à enchanter nos yeux sont aussi l’occasion de prendre le temps de s’arrêter et d’observer. N’est-ce pas ce que chacun devrait pouvoir faire au quotidien, et qui plus est à travers ce festival ?

​

Faire une pause pour vivre l’instant présent. S’immobiliser pour regarder ce spectacle mouvant au milieu d’une architecture préservée.

Le projet est composé de 30 éléments, en Plexiglas teinté dans la masse, d’une épaisseur de 3 mm. Les pièces qui composent le mobile sont extraites d’une forme de départ ovale de 100 x 200 cm. La géométrie ondulante des pièces découle d’un découpage aléatoire et fluide de cet ovale en 30 parties.

​

En étirant les points hauts et bas de l’ovale, les pièces s’écartent les unes des autres et forment un disque d’environ 260 cm de diamètre. C’est l’état initial du mobile. Puis, avec les mouvements d’air et autres facteurs d’influence, les pièces se meuvent de manière aléatoire et adoptent une position toujours nouvelle les unes par rapport aux autres. Le mobile révèle son impermanence de par sa morphologie. Chaque élément dispose de séries de plusieurs percements de 5 mm, espacés de cette même distance, pour permettre un ajustement du point de suspension en son barycentre lors du montage et le bon fonctionnement du mobile.

​

Le Plexiglas, à l’aspect lisse et translucide, crée un jeu de reflets et de transparences. Les pièces sont découpées au laser dans un atelier à Aubagne. Le principe d’accroche des éléments du mobile est en partie emprunté au domaine de la pêche. Il assure une bonne résistance en tension du système d’attache sous une charge variable et en mouvement. Un fil de pêche relie les éléments avec des nœuds de Palomar. La rotation à 360° des pièces entre-elles est garantie par des émerillons. Ce procédé permet une mise en place relativement facile du mobile et garantit sa stabilité et sa libre rotation.

> Projets

Atelier d’architecture

CROA PACA : S22773 

OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.